BACK

MAXIME BICHON

La fuite et l'enveloppe

13.03 - 02.05.21

Maxime Bichon

Treignac Projet m’a toujours semblé très difficile à décrire. La première fois qu’on y vient, un ahurissement spontané se fait sentir, inhérent à son extravagance architecturale, au nombre des espaces de vie, de travail et de vacances, à son périmètre et à ses alentours. Au delà de ses caractéristiques physiques, c’est sans doute son fonctionnement et son esprit qui compliquent encore mes tentatives de description.

Je ne peux alors que penser aux prolongements amicaux ¹, inséparables des endroits dans lesquels nous nous sentons à l’aise collectivement, aux étés qui se chevauchent et qui possèdent une certaine stabilité par la grâce seule des personnes qui les composent, à la coexistence provisoire des obsessions et autres folies communes ; refuges ² mentaux que l’on prend soin de garder à l’esprit pour les trois autres saisons, comme des formes qui nous assurent de l’existence même de l'hospitalité tout comme celle du débordement.


M E R C I    B A R R A G E


Difficile de dessiner d’un seul tenant autant de niveaux et de dénivelés, aussi bien physiques qu’affectifs : la description est un échec et je m'en réjouis.
Et c’est peut-être bien cette impossibilité qui attache l’ensemble du site et ses usages à son devenir forme et modèle ³, à sa capacité inédite de faire œuvre, sans chercher à se définir ni désirer un quelconque aboutissement.


Maxime


¹ une hypothèse
² un triptyque
³ une prophylaxie


________



Treignac Project has always seemed to me very difficult to describe. The first time someone comes here, a spontaneous bewilderment is felt inherent to its architectural extravagance, to the number of living, working and vacation spaces, to its perimeter and its surroundings. Beyond its physical characteristics, it is undoubtedly its functioning and its spirit that further complicate my attempts at description.

Then, I can only think of the friendly continuations ¹ —inseparable from the places in which we feel at ease collectively—, of the summers that overlap and possess a certain stability by the grace of the people who compose them, of the temporary coexistence of obsessions and other common madnesses; mental refuges ² that one keeps in mind for the other three seasons, as forms which assure us of the very existence of hospitality as well as that of overflowing.


T H A N K    Y O U    D A M


It is difficult to draw in one piece so many levels and elevations, both physical and affective: the description is a failure and I am satisfied with it.
And it is perhaps this impossibility which attaches the whole site and its uses to its becoming form and model ³, to its unique capacity to become œuvre, without seeking to define itself or to desire any completion.


Maxime


¹ a hypothesis
² a triptych
³ a prophylaxis